Pourquoi est-il urgent d’avoir un Tesla Européen ?

En bref :

TESLA est une société américaine qui fait rêver. Une de plus, mais que penser de la situation d’ici quelques années si l’Europe se contente de regarder en trouvant ça cool? Comme pour Airbus dans l’aviation, il faut un leader européen de la transition énergétique. Nous ne pouvons pas nous permettre de rester à la traîne.

De plus, l’émulation positive qui ressortirait d’une lutte au coude à coude ne serait que bénéfique pour la planète. Alors, pourquoi ne pas se lancer?

Constat :

TESLA c’est ouaw et Elon Musc est un héros des temps modernes ! Il veut rouler en voiture électrique pour ne pas polluer, il la crée. Envie de se balader dans l’espace, il construit des fusées. Besoin de développer le business sur le net, il crée PayPal. Il veut être autonome énergétiquement parlant, il crée les tuiles photovoltaïques et des batteries incroyables pour stocker l’énergie solaire en vue d’un usage domestique. Il n’y a plus qu’à espérer qu’il veuille s’intéresser à la jeunesse éternelle…

Bref, TESLA, c’est cool, c’est branché, ça fait rêver et ça va vraisemblablement changer la face du monde… oui, mais… oui, mais c’est une boîte américaine. Et ça ne vous aura sans doute pas échappé, s’ils ont oublié d’être bêtes, ils n’ont pas oublié d’être pragmatiques ! Les bénéfices vont être énormes et le fossé technologique va se creuser de façon exponentielle.

Urgent :

Il est donc pressant que l’Europe se bouge, pour ne pas dire, se sorte les doigts du « … ». Parce que si TESLA réussit sa mission « To accelerate the world’s transition to sustainable energy » et c’est tout ce qu’on souhaite, ça ne risque pas d’être hyper facile pour le reste du monde… d’un point de vue économique s’entend.

  1. La balance commerciale va être vachement décalée, et ce, pas franchement en notre faveur.
  2. Nous allons devenir dépendants de tout un système breveté aux USA.
  3. La R et D européenne va en pâtir

La solution pour éviter tout ça ? Très simple ! Un TESLA européen… A l’instar d’AIBUS et de BOEING. De la sorte, on pourra :

  1. Entretenir une émulation positive pour que ces entreprises remplissent au plus vite la mission identique qui serait la leur. (Accélérer la transition énergétique du monde.)
  2. Créer de la richesse pour tous, mais surtout pour investir dans la recherche et le développement pour et par un emploi résolument industriel. Même si le secteur n’est pas exempté de robotique.
  3. Repartir dans une course saine à celui-qui-fait-pipi-le-plus-loin, mais pour la bonne cause cette fois-ci…

Dépassés

Nous ne pouvons plus rester à la traîne ! Google, Facebook, Apple, Twitter, TESLA, Airbnb, Microsoft, etc. Où reste l’Europe ? Toutes ces sociétés, qui font rêver et pas seulement, car elles représentent un monceau d’argent, sont made in USA et sont également ultra-bien protégées. Et ne comptez pas sur Donald, même s’il n’est pas fan de la Silicon Valley, pour enrayer ce phénomène. Il se battra pour garder cet avantage qui fait rayonner les USA dans le monde entier.

Comme AIBUS pour l’aviation, nous devons contre-attaquer ! Pourquoi ? Nous devons y aller par principe, par esprit de compétition, par audace, par fierté et tout simplement, pour rester dans la course… pour survivre.

Si nous sommes en panne d’imagination, si nous sommes dans la panade créative, alors, ayons au moins l’audace d’être présents sur chaque marché nouvellement créé !

Xavier Teichmann

 

scroll